Chers amis francophones. Voici une petite interview que j'ai donnée récemment à la division parisienne de la Voix de l'Amérique sur «l'effet Trump» dans l'économie américaine. Désolé pour mon français tout oublié.

1. Le marché boursier aux Etats-Unis ne cesse d’atteindre des chiffres records cette année. Qu'est-ce qui pourrait expliquer cette euphorie, selon vous?

Le premier est l'euphorie générale du marché - peut-être l'illusion serait un meilleur mot - sur les réductions d'impôts du Congrès. La seconde est l'anticipation d'une hausse des taux d'intérêt de la part de la Fed et des marges plus importantes qui l'accompagnent. Le troisième est l'assouplissement continu de la réglementation et des normes de surveillance par l'administration de President Trump.

 

2. Y a-t-il un «effet Trump», comme certains le suggèrent?

Trump sera en mesure de mettre en œuvre la relance budgétaire keynésienne. Les déficits qui en résultent peuvent être décrits comme une «économie de l'offre», plutôt que comme un stimulus keynésien, mais l'effet sera le même: la croissance et l'inflation augmenteront toutes deux. Alors que l'économie américaine se heurte aux limites du plein emploi, une croissance supplémentaire entraînera une hausse de l'inflation, mais cette mauvaise nouvelle peut attendre jusqu'en 2018 et au-delà.

 

Deuxièmement, des réformes fiscales sensées, comme une amnistie pour les entreprises multinationales qui rapatrient les profits étrangers, deviendront finalement des lois. L'hégémonie des républicains permettra un accord facile sur les réductions d'impôts financées principalement par des emprunts publics plus élevés, plutôt que par la résistance des lobbies d'intérêts spéciaux à l'élimination des exemptions et des échappatoires. Ces réformes fiscales créeront des déficits budgétaires encore plus importants, ce qui stimulera à son tour plus de croissance et d'inflation.

 

Une troisième impulsion à la croissance économique viendra de la déréglementation. Alors que les batailles sur les lois de l'énergie et de l'environnement peuvent dominer les manchettes, l'impact économique le plus important viendra de l'inversion de la réglementation bancaire. Comme les banques sont encouragées à assouplir les normes de prêt, en particulier pour les ménages à revenu intermédiaire, une reprise de la construction résidentielle et de la consommation financée par l'endettement devrait stimuler davantage la croissance. Une déréglementation excessive pourrait entraîner une reprise de la crise financière de 2007, mais cela aussi est un risque pour 2018 et au-delà.

3. Qu'en est-il des règlementations financières ou ces réglementations vues comme étant anti-business dont le président Trump est en train de se débarrasser, de la réforme fiscale et des grands projets d'infrastructure qu’il a annoncés? Tout cela peut-il aussi avoir un impact sur Wall Street ?

Maintenant pour les mauvaises nouvelles. Pour la première fois depuis les années 1930, les États-Unis ont un président qui considère le commerce comme un jeu à somme nulle. La rhétorique de la campagne protectionniste de Trump n'a peut-être pas été conçue littéralement, mais s'il ne respecte pas les restrictions commerciales qu'il promet, les républicains subiront un contrecoup de ce qui constitue maintenant leur principal électorat, les électeurs des industries et des régions en déclin.

Le leadership mondial des États-Unis devrait donc s'éloigner du libre-échange, de la mondialisation et de l'ouverture des marchés. Personne ne peut prédire les effets du plus grand changement de régime dans la gestion économique mondiale depuis les années 1980; mais ils seront certainement négatifs pour les économies émergentes et les sociétés multinationales, dont les modèles de développement et les stratégies commerciales ont supposé le libre-échange et les flux de capitaux ouverts.
Publicité
Une deuxième menace, plus immédiate, consiste à imposer d'importantes réductions d'impôts et à stimuler les dépenses publiques dans une économie qui se rapproche du plein emploi, ce qui implique une accélération de l'inflation, des taux d'intérêt plus élevés ou probablement une combinaison des deux. Compte tenu de la probabilité d'un protectionnisme commercial supplémentaire et de mesures visant à éliminer les travailleurs immigrés, l'augmentation de l'inflation et les taux d'intérêt à long terme pourraient être assez dramatiques. L'impact sur les marchés financiers sera perturbateur, que la Fed resserre agressivement la politique monétaire pour anticiper la hausse des prix ou laisse l'économie «tourner à chaud» pendant un an ou deux, permettant à l'inflation de s'accélérer.

4. Ces chiffres records signifient-ils également que Wall Street n'est pas concernée par tout ce qui se passe à Washington, DC?

Pas du tout. Avec la croissance de l'économie américaine plus rapide que prévu et la hausse des taux d'intérêt à long terme, le renforcement excessif du dollar est un risque majeur. Même si le dollar est déjà surévalué, il pourrait s'orienter vers une spirale ascendante, comme au début des années 1980 et fin des années 1990, en raison des dettes en dollars accumulées sur les marchés émergents par les gouvernements et les entreprises tentés par des taux d'intérêt proches de zéro.

Aussi, la combinaison du dollar et du protectionnisme cause de gros problèmes aux pays en développement, à l'exception possible de certaines économies relativement fermées comme le Brésil, la Russie et l'Inde, dont les stratégies de développement dépendent moins du libre-échange et du financement étranger.

 

5. Mais jusqu’à quand ces bons chiffres vont-ils continuer ? Y a-t-il des craintes d'un krach boursier dans un proche avenir?

Les grands chiffres vont persister jusqu'à ce que le risque devienne une connaissance commune, ils commencent à se rendre compte et il y a un cygne noir sur la Wall Street, étant soit une entreprise importante soit un développement de situation politique.

 

6. Que signifient tous ces chiffres fabuleux pour le monde, y compris l'Afrique, d’après vous? Y-a-t-il un quelconque impact sur les économies africaines, par exemple ?

Je viens de parler avec l'un des rares fonds d'investissement investissant en Afrique. Ils ont confirmé mon attente que la croissance actuelle aux États-Unis réduit les incitations à l'investissement en Afrique presque à 0. Cela étant dit, cela ouvre vraiment les portes aux penseurs stratégiques qui comprennent qu'il ne peut pleuvoir pour toujours et ceux qui le comprennent deviendront le gatekeeper pour tout le continent.

 

7. Qui aux Etats-Unis tirent vraiment profit de ces chiffres records sur le marché boursier?

Hommes d'affaires de Wall Street principalement.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly